Avis : Les Garçons de L’été

Date de parution : 05 avril 2018
Nombre de pages : 416
Éditeur : Folio

Note : 1 sur 5.

Résumé : « Avec eux, je tremble, je frémis, je suis dans l’adoration, et ce n’est pas un service à rendre aux enfants que de les adorer. »
Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brillants et surfeurs surdoués, déploient les charmes de leur jeunesse sous l’été sauvage de La Réunion. Mais l’été et la jeunesse ont une fin, et il arrive qu’elle survienne plus vite et plus tragiquement que prévu.

« Stephen King à la française ! » alors… Non. Je me suis jeté sur ce roman pour sa couverture alléchante et une citation toute aussi vendeuse. Malheureusement, le contenu est loin d’être aussi hypnotisant. Au départ, l’intrigue semblait pleine de promesses. Les rebondissements s’enchaînent rapidement et l’atmosphère, très lumineuse de base, se voit tachetée de noirceur très vite. On veut savoir qui sont les personnages, ce qu’ils ont fait et quelle en seront les conséquences.

Cependant, le nuage aussi brumeux qu’intrigant désépaissit abruptement : tout est beaucoup trop limpide. Les protagonistes se veulent mystérieux, secrets et construits avec épaisseur mais il n’en est rien. La plume de Rebecca Lighieri y est certainement pour quelque chose : trop sèche et trop peu dans l’approfondissement. La sauce ne prend pas. On sent bien que l’auteure voulait conférer au récit une puissance noire et oppressante et c’est extrêmement frustrant de ne jamais voir les choses aboutir.

Les héros, par exemple, ne nous tirent aucune émotion. Je suis resté insensible à leurs vices et leurs peines. On est tellement loin d’eux que notre lecture en reste fade. Leurs réactions sont ultra prévisibles. De plus, ils sont très problématiques. Grossophobie, culte de la beauté, comparaison entre les différentes féminités qui s’expriment… Autant d’éléments qui m’ont beaucoup fait moufter. Par ailleurs, Ysé, 13 ans et qui devient vite un personnage clé du roman, a des réactions absolument grotesques pour une adolescente de son âge. La vieillir de quelques années aurait sûrement été judicieux. En effet, certains de ses discours ne tiennent pas la route vu son âge et son expérience de vie. Le choix de s’en servir afin de dénouer une partie majeure de l’intrigue m’a déconcerté.

J’ai peut-être inconsciemment trop comparé Les Garçons de L’été à un King car l’aspect thriller et « descente aux enfers » ne m’a pas pris aux tripes. On dirait que tout est le cliché de tout. On sent constamment que l’auteure tente d’en faire trop, de passer d’un moment déjà malsain à quelque chose de pire sauf que rien ne paraît naturel. La santé mentale des héros est l’un des points essentiels permettant au récit de vibrer, mais étant donné qu’aucun attachement n’a préalablement eu lieu, l’échec continue ici aussi. On a, une fois de plus, affaire à des réactions à côté de la plaque et des comportements affligeants voire ridicules.

Jusqu’à la conclusion, les protagonistes tentent de nous piéger dans leur psychologie tordue et qui se voudrait enivrante. Il n’en est rien. Le narcissisme qui les habite est plus dérangeant qu’autre chose et, lorsque viennent les révélations finales, on est presque apaisés de pouvoir tourner la page sur eux et leur famille. Habituellement, ce genre de relation précieuse entre la passion et la haine qu’on peut ressentir pour un livre et ses personnages est un véritablement plaisir. Cette fois, pas du tout. Les êtres de papiers de Rebecca Lighieri, trop manichéens, sont loin de séduire. L’intrigue, trop creuse et burlesque, n’émeut pas. J’espère faire exception dans mon ressenti car certains thèmes abordés pourraient peut-être plaire, mais je pense que d’autres romans – mieux écrits et plus bouleversants – devraient être une priorités si vous aimez les vraies intrigues à la King.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s